Technique de la Gravure à l’Eau-Forte




Jean-Claude Renaud, graveur...


L’AQUAFORTISTE grave des estampes à l’EAU-FORTE. Ses estampes sont imprimées en TAILLE-DOUCE sur une presse à bras.

L’imprimeur s’appelle un TAILLE-DOUCIER.

Une estampe créée, gravée et imprimée par une seule et même personne est qualifiée d’ORIGINALE.

Jean-Claude RENAUD est un Aquafortiste-Taille-doucier qui imprime ses eaux-fortes originales.

Il grave ses sujets sur une plaque de cuivre, la PLANCHE, préalablement vernie et la plonge dans un bain d’acide qui attaque le métal en profondeur aux endroits griffés par la POINTE-SECHE. On peut utiliser aussi des plaques de zinc ou d’acier. Lui utilise exclusivement des planches de cuivre pour réaliser ses eaux-fortes.

Le nom générique d’eau-forte a été donné par les anciens aux acides utilisés dans ce procédé et le terme désigne de nos jours indifféremment le produit mordant, l’estampe et la technique.

La planche peut être gravée en plusieurs étapes afin de permettre au graveur d’apprécier l’avancement de son travail ; dans ce cas, il imprime une ou plusieurs épreuves appelées ETATS, pièces recherchées par les collectionneurs du fait du nombre restreint de tirages.

La planche est encrée sur toute sa surface, puis essuyée de façon à laisser l’encre seulement dans les creux. Ce sont les TAILLES en creux qui servent d’éléments d’impression, d’où le nom de taille-douce donné à la technique d’impression. L’impression est toujours effectuée sur du papier humide ; le passage sous la presse laisse une marque en creux sur le bord de l’estampe. On l’appelle le COUP-DE-PLANCHE ou CUVETTE.




Lorsque le résultat est jugé satisfaisant, le graveur décide d’imprimer ses estampes, la plupart du temps en tirage limité. Il numérotera les épreuves une fois séchées. Par exemple, la quatorzième épreuve d’un tirage à 30 exemplaires sera numérotée, sous la cuvette à gauche : 14/30. La signature de l’artiste apparaît sous la cuvette, à droite.

Une gravure peut être tirée en plusieurs couleurs ; soit à la poupée - plusieurs couleurs sont étalées sur une même planche - soit en utilisant plusieurs planches destinées à recevoir chacune une ou plusieurs couleurs.

Jean-Claude Renaud associe souvent la technique de l’AQUATINTE lors de la création de ses gravures.

L’aquatinte est une technique dont le résultat donne un effet de lavis ou d’aquarelle. Ce procédé délicat traduit toute la sensibilité du graveur. Il s’agit d’obtenir des effets de couleurs en pastel ou de tonalités plus soutenues en utilisant un GRAINAGE de la planche. On pulvérise un voile de résine sur la planche en ayant pris soin, au préalable, de protéger avec un vernis au pinceau les zones qui ne doivent pas être mordues par l’acide. La résine, chauffée, forme un criblé sur la surface du métal et l’acide creuse la planche entre les grains de résine. Des applications successives de résine permettent d’obtenir des grainages ton sur ton.

L’artiste réalise parfois des POINTES-SECHES. Il grave directement sur le cuivre ou le plexiglas à l’aide d’une pointe acérée appelée pointe-sèche. Elle mord le support en laissant, au bord de la taille, de fines barbes qui retiennent l’encre et donnent à l’estampe cette couleur profonde et veloutée spécifique à la pointe-sèche.

Jean-Claude Renaud utilise parfois aussi d’autres techniques telles que le VERNIS-MOU, la gravure AU SUCRE …


Jean-Claude Renaud